Les États-Unis ressuscites un étrange chasseur F-117 à l’entraînement

Lorsque les gens entendent parler d’un plan furtif (généralement traduit par « invisible » ; le plus correct est « furtif »), ce qui vient à l’esprit est l’emblématique Esprit B-2. Un bombardier lourd qui continue de faire son travail : décoller des États-Unis, larguer sa cargaison et revenir sans escale ou être détecté. Mais le bombardier a un cousin presque oublié : le F-117 Nighthawk.

Le B-2 suivi de deux F-117 (Image : USAF/Public Domain)

Peut-être oncle, plus qu’un cousin. C’est un projet précurseur, qui n’a pas très bien fonctionné. Retraités en 2008, les chasseurs F-117, avec leur forme incomparable, ont été aperçus plus tôt ce mois-ci et ont été transférés dans un aéroport militaire de Fresno (Californie). Puis il a commencé à spéculer sur ce qui se passait. Maintenant, nous le savons (plus tard).

De toute évidence, l’avion « invisible » a été repéré parce qu’il n’est pas invisible (aucun ne l’est). Il est peint dans des couleurs sombres pour être difficile à voir la nuit (ce qui a déjà été fait pendant la Première Guerre mondiale) mais ce qui le différencie, c’est qu’il est très difficile à détecter par radar, et toute sa géométrie est pensée à cela. Il s’agit d’une technologie furtive, qui était autrefois exclusive aux États-Unis.

Et le F-117 n’a pas une histoire pas vraiment héroïque. L’un d’eux a même été renversé par les forces serbes utilisant des équipements soviétiques des années 1960 lors du bombardement de l’OTAN pendant la guerre du Kosovo. Je m’interroge sérieusement sur ce truc « invisible ». Et il était tellement obsolète que les États-Unis n’ont pas voulu détruire la carcasse pour l’empêcher de tomber entre les mains des Russes ou des Chinois, car elle n’était plus pertinente.

F-117 : Le chasseur qui n’a pas chassé

Le projet, annoncé officiellement en 1989, l’année même où B-2 est devenu public, était déjà obsolète. La forme pleine de facettes est le résultat d’une limitation de calcul. Les ordinateurs de 1975, au début du projet, n’étaient pas capables de simulations permettant la conception d’un avion furtif incurvé. Le F-117 a décollé pour la première fois en 1981, l’année même où le B-2 a commencé à être conçu.

La différence entre eux montre l’évolution des ordinateurs en six ans. Il n’est pas scrueux de penser que le F-117 est un B-2 avec un petit nombre de polygones, une sorte de version Playstation 1.

Le format, que les pilotes d’essai dans les années 1970 pensaient pouvoir voler, signifie qu’il n’a jamais très bien fonctionné. En raison de la complexité de ses surfaces, il ne peut voler qu’à l’aide d’ordinateurs, mais il est équipé d’ordinateurs datant des années 1970. Vous n’avez donc jamais très bien fait votre travail.

Le F-117, dont le nom l’indique, avec le F pour « chasseur », était censé être un chasseur. Un chasseur-bombardier lourd furtif. En raison de son manque de manœuvrabilité, et parce qu’il n’a pas de capacité supersonique, il n’a jamais servi de combattant, utilisé uniquement pour l’attaque en solo.

En 2008, le projet a été abandonné une fois pour toutes au profit de la Les 2007 (Image : USAF/Public Domain)

Un retour peu glamour

Cette semaine, il a été révélé ce que le F-117 faisait en Californie : servir de cible. La U.S. Air Force s’est exprimée par le lieutenant-général (équivalent d’un major brigadier FAB) Michael Loh.

L’idée, a-t-il expliqué, est de l’utiliser pour former des pilotes à combattre les nouveaux missiles de croisière russes et chinois, qui disposent aujourd’hui de la technologie furtive.

Un missile de croisière, comme le Tomahawk américain, est en fait un drone suicide, pas une fusée. Les missiles de croisière n’ont pas de trajectoire parabolique (ce sont des missiles balistiques), mais ils volent comme un avion. C’est pourquoi un avion est un bon substitut à l’entraînement.

« Quand on regarde les 117 qui viennent et atterrissent et font leurs affaires, ils sont une plateforme furtive, n’est-ce pas ? » », a déclaré Loh. « Depuis les débuts [de la technologie] furtive, mais ils restent une plateforme furtive. Ils peuvent donc simuler des choses qui existent comme des missiles de croisière auxquels nous serions confrontés. Sont-ils donc une plate-forme parfaite pour un exercice de défense antimissile de croisière ? Absolument ! »

Les F-117 ne sont pas détruits, pour être clair. Ils ne volent que sur des trajectoires imitant des missiles et des pilotes, sur des avions non armés, essaient de les trouver et de les verrouiller dans leur mire, à quel moment ils auraient été abattus dans la vraie vie.

Ironie finale : les chasseurs de la Garde nationale aérienne utilisés à l’entraînement ne sont pas haut de gamme. Ils sont d’anciens F-15 et F16 modernisés. Volant pour la première fois en 1972 et 1974, ils sont antérieure au malheureux F-117 lui-même.

En savoir plus :