Alimentation saine et santé – Journée mondiale de l’alimentation

L’importance de suivre une saine alimentation

À l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation — le 16 octobre — nous voulons vous parler de l’importance de suivre une alimentation équilibrée et équilibrée pour vous sentir bien.

La relation entre une alimentation saine et la santé est très étroite : il est scientifiquement prouvé en fait que la santé est construite à la table, basée sur la nourriture que nous mangeons. C’est pourquoi nous voulons vous parler de l’importance de suivre une alimentation équilibrée et équilibrée.

SANTÉ ET ALIMENTATION SAINE

Suivre une alimentation saine apporte avec elle d’ innombrables avantages, si elle est suivie en continu et si elle est comprise comme un mode de vie : les habitudes saines sont mises en place quotidiennement pour faire une différence dans le temps.

Il est essentiel de donner la bonne importance à une alimentation variée et équilibrée, caractérisée par l’apport équilibré de tous les nutriments (glucides, protéines, graisses, vitamines et minéraux).

Bien manger signifie non seulement prévenir les maladies et avoir plus de chances de vivre longtemps, mais se sentir mieux, avoir plus d’énergie et même améliorer le ton de l’humeur.

Il faut le juste équilibre dans les choix alimentaires : se priver et abandonner constamment les aliments considérés comme « bandit » implique la tentation, subsidence conséquente perçue comme un échec et génère ainsi un cercle vicieux, qui s’éloigne progressivement de son objectif.

La vérité est qu’ il n’y a pas d’aliments « interdits » à éliminer, car même pas les aliments sains « miraculeux », mais il y a le bon équilibre, fait de choix alimentaires quotidiens sains alternent avec des occasions de « sgarro ».

ALIMENTATION SAINE ET GROUPES D’ÂGE

Une alimentation saine ne doit pas être interprétée comme un moyen de résoudre, mais pour prévenir. Il est donc essentiel de suivre une alimentation saine et correcte dans tous les groupes d’âge :

  • — de la naissance à l’âge de l’adolescent, la nutrition doit être comprise comme une vraie nutrition, nécessaire pour promouvoir la croissance et le bon développement. transmettre aux jeunes les bases d’une alimentation saine : comment prendre des aliments authentiques, suivre la saisonnalité, éviter la malbouffe, les impliquer dans le choix et préparation des repas, pourquoi ces habitudes simples une fois acquises, seront maintenues pour le reste de la vie ;
  • — dès le troisième et quatrième âge pour prévenir de nombreuses maladies, telles que le surpoids et l’obésité, des conditions qui menacent aujourd’hui le monde occidental, à tel point que nous parlons de globésité (terme Alimentationtuation il y a un autre facteur prédominant – sédentaire. L’OMS estime qu’environ 41 % des Européens ne pratiquent aucune activité physique pendant la semaine, ce qui augmente le risque de maladies chroniques.

En ce sens, l’importance de suivre une alimentation saine, ainsi que la bonne conduite de l’activité physique, peut aider à prévenir de nombreuses maladies, y compris l’obésité susmentionnée, risque de :

  • maladies cardiovasculaires : en raison d’un régime riche en graisses saturées et faible en fibres, favoriser le développement de l’athérosclérose ;
  • diabète de type 2 : associé à de nombreuses complications telles que les maladies cardiovasculaires, les maladies rénales, la vasculopathie diabétique et la cécité ;
  • ostéoporose : résultant en un régime pauvre en calcium et en vitamine D, augmente le risque de fractures et réduit la qualité de vie ;
  • gastro-intestinal ;
  • — maladies auto-immunes et inflammatoires ;

En outre, surtout dans cette période délicate, une alimentation saine permet de renforcer le système immunitaire.

ALIMENTS AMÉLIORANT LA SANTÉ

Parmi les alliés des aliments de santé, nous nous souvenons :

  • — fruits et légumes : riches en vitamines, minéraux et fibres. Une alimentation saine implique la consommation quotidienne d’au moins 5 portions de fruits et légumes, éventuellement en saison et au km 0 ;
  • — lait et dérivés : sources de calcium sous forme hautement absorbable et utilisables par l’organisme. Pour les fromages, il est souhaitable de les consommer avec modération et de préférer les fromages frais et faibles en gras ;
  • — poisson, viande et œufs : sources de protéines et de fer (viande et poisson). Le poisson a un effet protecteur en raison des acides gras oméga-3 qui réduisent le risque de maladie cardiovasculaire. Il est important de donner la préférence aux viandes maigres (poulet, dinde, veau et lapin), limitant la consommation de viande rouge à 1 fois par semaine. Pour les oeufs plutôt, les lignes directrices recommandent la consommation de 2-4 oeufs par semaine ;
  • — les graisses pour l’assaisonnement, principalement l’huile d’olive extra vierge : il est conseillé de limiter l’utilisation de graisses animales telles que le beurre, le saindoux, le saindoux et la crème, qui contiennent de grandes quantités de graisses saturées. La consommation excessive de graisses augmente le risque de surpoids et le développement de maladies cardiovasculaires.

La

prévention dépend également de petites mises en garde, telles que la consommation quotidienne de sel et de sucre.

La consommation excessive de sel favorise l’hypertension et les maladies cardiovasculaires. Essayez de réduire progressivement, sans l’éliminer complètement, le Alimentationde la cuisine que avant de consommer, vous aider avec des épices et des herbes.

Dans le cas du sucre, il convient de modérer la consommation de sucre ajouté, par exemple dans le café, mais aussi d’aliments et de boissons sucrées pour un meilleur contrôle de la glycémie et pour réduire le risque de sucre dans le sang de développer un diabète alimentaire.

Un autre facteur d’importance fondamentale est l’hydratation : rappelez-vous de boire de l’eau (même aromatisée), au moins 2 litres par jour, il est nécessaire de compenser les pertes quotidiennes par la sueur, l’urine, la respiration.

N’ attendez pas d’avoir soif mais découpez quelques moments fixes à boire, car souvent le cerveau confond la soif avec d’autres sensations, comme la faim et vous pousse à manger au lieu de boire. Vous pouvez satisfaire la prise d’eau en vous aidant avec des tisanes ou des infusions sans sucre ajouté.

FRÉQUENCE DES REPAS

Par une bonne nutrition signifie non seulement la qualité de ce que vous mangez à la table, mais aussi quand et combien de fois par jour vous mangez. Les repas marquent notre journée et nous permettent de créer une routine métabolique saine. D’où l’importance de ne pas sauter les repas et de diviser la journée en trois repas principaux (petit déjeuner, déjeuner, dîner) et deux collations.

Le temps de consommer le repas est également important et donc la nécessité de mâcher lentement la nourriture non seulement parce que la digestion commence dans le premier tube du tube digestif ou dans la bouche, mais aussi parce que le stimulus de la satiété est en retard et vient environ 20 minutes après la fin du repas.

Le

dernier facteur est la convivialité : partager le temps du repas avec les membres de la famille dès les premières années de la vie fait que la nourriture acquiert une valeur différente et met en mesure d’apprécier davantage ce que vous mangez. Dès le plus jeune âge, le repas est un moment clé pour assimiler de saines habitudes alimentaires, les règles d’hygiène et les règles de la vie sociale.

ILARIA AQUILEA

Biologiste Nutritionniste

AUTRES ARTICLES DE DR. AQUILEA